Le Lundi 30 Septembre 2013, s’est tenu dans notre établissement  une conférence sur l’INSURRECTION DU SUD de la Martinique en 1870. Cette conférence fut dirigée par deux historiens de renom de notre île, Mr NICOLAS Armand et Mme LÉOTIN Marie-Hélène à l’initiative du professeur de créole Mme MASSOLIN.

Mr NICOLAS commença par rappeler aux lycéens le contexte des évènements :

Sous un régime de dictature, à Rivière-Pilote, le travailleur Lubin refuse de céder le passage à deux nobles blancs, il se fait alors cravacher en raison de son prétendu insolence. Il porte plainte mais celle-ci est rejetée. Décidant de se faire justice, il va alors attendre ses agresseurs et les frapper à son tour. Ceux-ci portent plainte et Lubin est condamné à 5 ans de bagne par les jurés dont figure le propriétaire de l’habitation La Mauny, Codé. Cette condamnation indigne la population du sud.

Au même moment en Europe, la France perd la guerre, une nouvelle République est née.

Le jour de la cérémonie de proclamation en Martinique, une grande manifestation à lieu. Une foule immense se rassemble, on y trouve le chef de l’insurrection Louis TELGA, Lumina Sophie, des commerçants, des artisans, des ouvriers etc… qui réclame la tête de Codé. Celui-ci est recherché dans toute l’île, lorsqu’il est retrouvé, il est violement assassiné. Le gouverneur déclare l’état de siège dans une vingtaine de communes.

Une cinquantaine d’habitations sont brûlés dans le sud. C’est la guerre entre les classes sociales. La population blanche se rassemble en milices qui rejoignent les troupes du gouvernement pour pourchasser les insurgés. N’ayant pas les armes pour résister, les insurgés sont écrasés. Plus de 500 sont jetés en prisons, sept chefs sont fusillés à Fort de France. Louis TELGA est condamné à mort mais réussi à s’échapper.

L’historien Armand Nicolas expliqua aux élèves le but de ce soulèvement :

·         Rétablir la justice

·         Avoir des terres

·         Ne plus être méprisé

·         Faire un état indépendant comme Haïti

Et Mme LÉOTIN expliqua la raison de son échec, les insurgés ont attaqués les propriétés et le droit à la propriété ce qui était vraiment inacceptable pour le gouverneur et les propriétaires terriens.

Elle apporta son éclairage sur l’origine profonde de ces 5 jours de soulèvement et la raison de la mort de Codé :

_ Codé au début de l’année 1870, fait hisser un drapeau blanc sur son habitation, ce qui signifiait qu’il approuvait le retour de l’état esclavagiste. De ce fait, en plus de son acharnement sur Lubin, il symbolisait le système esclavagiste, l’oppression.

_ Brûler les champs de cannes, c’était mettre fin à ce système d’exploitation des noires, à l’injustice, au racisme.

Mme LÉOTIN, parla aussi du langage employé à cette époque pour caractériser les insurgés : bandes égarés, bandes sauvages, bandes incendiaires, bandes criminelles, assassins, pillards, sanguinaires et malfaiteurs. De nos jours, les historiens parlent de groupes d'insurgés, de combattants.

 

La conférence se conclu par un descriptif de la sculpture placé à Rivière-Pilote en mémoire de cet évènement et par un échange entre les deux historiens et le proviseur.

 

{gallery}2013_2014/conferences/insurrection-du-sud{/gallery}